Aller au contenu principal

Stockage sécurisé

Enjeux et méthodes

Stockage sécurisé

Lorsque la veille d’obsolescence a permis de détecter la disparition prochaine d’un composant, une des solutions est l’achat de stock de fin de vie. C’est la solution la plus confortable sur le plan technique, seuls les financiers y verront à redire… 
Cependant, quelques mois après la réception des composants, le support de leur fabricant aura disparu. Il faudra donc s’assurer auparavant de l’aptitude des composants au stockage longue durée et de la qualité des pièces mises en stock, afin d’être le plus autonome possible jusqu’à la fin du programme.
 

Conditions de stockage
Elles ont pour objet de limiter la dégradation des composants.
conditions-stockage-composants

L’analyse de risque va se porter sur la qualité de fabrication des composants, les conditions environnementales, le vol, la limitation des manipulations, les risques sismiques et d’inondation, la dégradation intrinsèque, l’incendie, l’explosion… Tout un panel de causes possibles de malheurs que l’on peut classer en trois grandes catégories : le composant, le lieu, les hommes. Sauf cas particuliers, on stockera : 

•    En caisson azote : les wafers, les puces, les composants à semiconducteur.
•    En drypack : les cartes électroniques. 
•    En rayonnage : les équipements finis, les câbles, et les composants ne supportant pas une atmosphère trop sèche. 

La plupart des composants électroniques ne posent pas de problème de stockage, mais il faut prêter une attention particulière aux composants électromécaniques et aux composants embarquant une chimie. D’une manière générale, un contact avec le fabricant est préférable pour ce type de composants : 


•    Les relais par exemple sont rendus étanches par une résine qui ne supporte pas forcément une atmosphère trop sèche ; on préfèrera un stockage en rayonnage. 
•    Un condensateur chimique doit être remis sous tension régulièrement de manière contrôlée. 
•    Une pile ou une batterie ne se stocke pas en longue durée, sauf garantie du fabricant.
 

Test des composants
Se sécuriser avant la mise en stock
tests-composants

Bien que les composants proviennent de sources autorisées, les tester avant mise en stock permet de se retourner vers le fabricant au cas où une anomalie serait détectée. Les tests sont basés sur le guide UTE C96-029. Ce dernier décrit les conditions de stockage, mais également les tests à réaliser avant mise en stock et les tests périodiques en fonction du composant et de sa technologie. 


Parmi le type d’anomalie constatée, on peut voir des révisions de puces différentes de celle attendue, des délaminations dans des zones critiques de boîtiers plastiques, des finitions de pattes différentes de celle attendue…


L’objet du test est cependant différent que pour une détection de contrefaçon. Si une pièce est défaillante en test électrique, lors d’une détection de contrefaçon elle va être mise de côté pour subir une ouverture afin de déterminer la cause de cette défaillance, alors que pour du stockage longue durée, elle va être retournée au fabricant pour analyse. 


Le but est ici d’emmagasiner un maximum d’informations sur les lots de composants, par des tests, mais aussi par des informations en provenance du fabricant. Une fois les composants entrés en stock, les tests périodiques auront pour but de s’assurer qu’il n’y a pas de dégradation des composants.
 

Gestion des stocks
Les bonnes pratiques
gestion-stocks-composants

Le dimensionnement des stocks est primordial. Il est décrit dans le guide UTE C96029-1. Il dépend de l’utilisation du composant sur le programme de fabrication de la carte, mais également du rendement en fabrication de la carte, de la consommation prévue pour le maintien en condition opérationnelle de l’équipement fabriqué. 


Le stock sera séparé en plusieurs lots stockés en des endroits différents pour se prémunir des risques de destruction accidentelle. La traçabilité devra être assurée jusqu’à l’emplacement de stock afin de pouvoir vérifier si les conditions environnementales sont respectées et si les critères de séparation des lieux de stockages sont respectés. 


On veillera, lors de l’appel à livraison, à choisir le lieu de stockage où la quantité est la plus élevée, mais on veillera également à faire une rotation régulière sur les différents lots du fabricant. Il faut en effet oublier la règle du FIFO et faire tourner un maximum les lots, le but étant d’éviter de rester avec un seul lot de composants, ce qui serait catastrophique dans le cas où celui-ci s’avèrerait défaillant. 


Les inventaires devront être réguliers, sans pour autant que leur nombre soit excessif. Un inventaire génère une manipulation des pièces, et donc un risque de mauvaise manipulation. L’idéal est une gestion des pièces sous forme de stock déporté pour l’utilisateur, avec une comparaison à chaque mouvement de stock entre l’état informatique chez l’utilisateur et chez le stockeur, un inventaire annuel venant confirmer les quantités.
 

GUIDES 
UTE C96-029 : Composants électroniques - Stockage longue durée des composants électroniques - Guide de mise en œuvre
UTE C96-029-1 : Groupe obsolescence des équipements électroniques - Guide méthodologique de dimensionnement des stocks de fin de vie des composants et sous-ensembles électroniques
 

Auteur : Jean Bastid



26 rue du Bocage
85660 Saint-Philbert-de-Bouaine
FRANCE

Contacter Tame-Component

par e-mail +33 (0)2 51 41 89 35

Suivez Tame-Component

Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez les informations concernant Tame-Component en vous inscrivant à la newsletter

S'abonner